On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans. Bah c’pareil après, en fait.

Vivre de l’animation, être animateur à temps plein, c’est possible ? Oui. On me demande souvent ce que je fais pour vivre et c’est toujours un moment d’extrême gêne parce que je ne sais jamais trop ce que je dois répondre. Alors ca donne souvent ca :

« Je travaille dans une association qui organise des BAFA, des BPJEPS, tu sais le diplôme pour être anim’.

  • Ah ouais pour l’été ! (répond l’interlocuteur ravi de comprendre enfin ce que tu fais de tes journées).
  • Oui, mais pas que l’été, tu sais on peut être anim’ toute l’année.
  • A la cantine, tu veux dire ?
  • Non, dans les centres de loisirs, pendant la période tant redoutée des TAP/NAP, en MJC, en maison de quartier, en CCAS, bref ! Dans plein d’endroits !
  • Ouais mais c’est pas un vrai travail. »

Erreur stratégique de la part de l’interlocuteur, qui bien souvent, se retrouve face à une personne qui a deux choix pour la suite de la conversation :

  1. casser la figure à cet individu qui contribue à la réputation étrange des animateurs
  2. casser la figure à cet individu puis lui expliquer gentiment que SI C’EST UN VRAI TRAVAIL !

Oh évidemment, casser la figure est plus une image qu’une vraie réalité (sinon cela ferait bien longtemps que je serais détentrice d’un casier judiciaire assez fourni pour « cassage de figures à répétition sur individus lambda ».).

Par contre, essayer de faire comprendre qu’être animateur c’est un vrai métier, CA c’est important.

Être animateur, qu’il soit permanent ou saisonnier, c’est le même travail mais le professionnel sera sur du projet à long terme.

Parlons du saisonnier, il nous concerne tous à La Bidouillerie.

Alors être animateur c’est quoi ? Non, d’abord qu’est-ce que cela n’est pas ?

Etre animateur ce n’est pas être un clown payé à gardienner des enfants.

Etre animateur ce n’est pas être trop feignant pour avoir trouvé mieux à faire.

Etre animateur ce n’est pas pouvoir jouer toute la journée.

Etre animateur ce n’est pas faire des feux de camp tous les soirs en mangeant des shamallow grillés.

Etre animateur ce n’est pas se prélasser sur la plage pendant que ces chers bambins jouent gaiement dans l’eau.

Etre animateur ce n’est pas un job étudiant comme les autres.

Être animateur saisonnier c’est être un animateur volontaire.

Être animateur volontaire c’est être indemnisé et non rémunéré (le minimum vu en colo a été de 20€ par jour pour un anim’..).

Etre animateur volontaire c’est vivre en collectivité pendant le temps de son contrat (vous avez déjà fait neuf semaines de vie en collectivité avec des enfants qui courent partout autour de vous?)

Etre animateur volontaire c’est donner de son temps, de sa personne et de son énergie pour d’autres que soi.

Etre animateur volontaire c’est un engagement politique (pas très bien valorisé aujourd’hui).

Être animateur volontaire c’est pas réservé qu’aux jeunes.

Etre animateur volontaire c’est découvrir autrement et autre chose.

Être animateur volontaire c’est un vrai choix.

Etre animateur volontaire c’est préparer un séjour quatre mois avant le début.

Être animateur volontaire c’est des heures au téléphone, par mail, par Skype ou atout autre moyen de communication.

Etre animateur volontaire c’est faire beaucoup avec peu de moyens (financiers).

Être animateur volontaire c’est un emploi précaire, méconnu et incompris.

Etre animateur volontaire c’est participer à la construction du monde de demain.

Être animateur volontaire risque d’être un statut en péril si on n’y prête pas attention.

Alors oui, quand on nous dit « bah tu gardes des mioches en fait, ca va c’pas trop dur », le tout en mâchouillant un chewing-gum avec un air blasé, ca m’énerve. Ca m’énerve encore plus quand la personne rigole et ne répond pas à ce que je considère comme une attaque collective.

J’vous jure, je m’écouterais je descendrais dans la rue hurler combien il fait bien dans la vie d’une personne d’encadrer des enfants que ca soit en colo ou en centre de loisirs. Parce qu’en attendant, tous ces enfants qui partent en vacances et tous ces animateurs qui les encadrent se sont des individus qui échangent, communiquent, partagent, évoluent le temps d’un séjour. Et ca, pour rien au monde j’aurais voulu passer à côté. Parce que Rimbaud a dit : « on n’est pas sérieux quand on a 17 ans » je peux vous promettre qu’après deux grands jeux à préparer pour 130 mômes et quatre pipis aux lit le matin avant neuf heures, ca vous calme direct… pour s’oublier rapidement de le soir, en réunion autour de l’éternel saucisson et les potins du jour.

Alors oui, c’est un métier qui parait simple, facile : travailler avec des enfants ça paraît toujours facile. Mais pour moi tout est facile quand on sait faire et qu’on nous donne les moyens de bien faire.

Alors oui, c’est compliqué quand tu as dormi cinq heures parce qu’un petit à fait un cauchemar à trois heures du matin, que tu l’as consolé… sans jamais pouvoir te rendormir après.

Alors oui, c’est usant, éreintant parfois mais, je te promets, pour rien au monde tu ne raterais un été si tu y avais goûté.

Et puis, tu sais, cher lecteur, être animateur, ça permet de se dire qu’on côtoie la génération de demain. Et cette génération, c’est elle qui va continuer le travail qu’on fait depuis des années.

Sache aussi, que la France est un des rares pays au MONDE a avoir l’animation volontaire et que si cette action française se perdait, c’est un pan entier de notre histoire nationale qui se perdrait. Et çà, ça me fait très peur. Parce que sans espaces de paroles, sans espaces de réflexions, que deviendront nos enfants ? Alors protégeons et continuons de parler de l’animation en de bons termes malgré les dérapages dont tout le monde a entendu parlé, ce métier reste utile à la collectivité. Alors par pitié, la prochaine fois qu’on vous demande où va votre enfant cet été et qui sont ces personnes à qui vous les confiez, répondez qu’ils sont humains, pleins de bonne volonté, prêts à participer l’éducation de votre bambin chéri. Et si votre interlocuteur ne comprend toujours pas, pas d’bol! Faites lui écouter ce bon vieux Léo chanter Rimbaud (en cliquant ici).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :