Nous sommes des supers-héros.

Image libre de droits.

Super héros : « [dans les comics] héros aux pouvoirs extraordinaires combattant des menaces contre lesquelles les forces de l’ordre traditionnelles restent impuissantes. » (d’après le Larousse).

Tout est dit. Mais qui nous le reconnaît ? Et au final, c’est quoi être un super-héros dans l’animation ? De façon très cynique, j’aurais envie de dire : c’est faire correctement son travail. Mais j’aime bien écrire alors je vais développer.

T’as déjà dû nettoyer du vomi à trois heures du mat’ avec la tête dans le gaz, une prodigieuse envie de dormir et maintenant… de vomir ?
T’as déjà passé la journée déguisé(e) en fée/ogre/prince/reine/poney/dragon ou tout autre personnage connu/inconnu ?
T’as déjà vu un môme qui pleure toutes les larmes de son corps et toi, t’es assis(e) à côté avec ce sentiment de ne servir à rien. L’impuissance, c’est à ce moment là qu’on la ressent. Pas avant.
T’as déjà vu un ado venir vers toi avec le plus grand des sourires et te dire « oh putain j’l’ai pécho c’est trop bieeeeen ! » alors qu’en fait, il a juste demandé si sa dulcinée voulait bien danser avec lui à la boom.
T’as déjà dû dormir cinq heures, trois semaines de suite en bossant toute la journée ?
T’as déjà emmené un môme aux urgences parce qu’il avait besoin de points de suture ? Déguisée en princesse, de préférence.
T’as déjà dormi avec tous tes collègues dans la même pièce parce que de toute façon au bout de cinq jours de séjours, t’as plus aucune intimité réelle ?
T’as déjà supporté Sexion d’Assaut pendant tout un séjour à fond dans un mini-bus parce que c’est la mode et que les ado sont fans ?
T’as déjà dansé sur le tube de l’été avec cent-trente enfants à fond ?
T’as déjà retrouvé une jeune de douze ans se faisant vomir dans les toilettes parce que quarante kilos pour un mètre cinquante c’est trop ?
T’as déjà eu un(e) ado en pleurs te demandant si la vie est toujours aussi nulle ? Puis venir quelque heures plus tard en te disant que la vie est géniallissime ?

T’en as sûrement vécu une ou plusieurs de ces situations. Si tu es parent, tu t’y retrouveras aussi probablement.

masques

Moi, ca me fait sourire quand l’été arrive et que notre « non-métier » est mis en avant par les médias. On parle des mômes, de tout ce qu’ils vont faire, de toute la consommation dont les séjours font preuve mais jamais ils ne mettent en avant des séjours où les enfants choisissent réellement, où les enfants sont en vacances et où ils profitent de cette parenthèse vacancières pour prendre le temps de grandir.

Alors nous sommes des supers-héros, que l’on fasse des séjours conso ou des séjours traditionnels.

Nous sommes des supers-héros parce que nous travaillons dans l’ombre, à l’abri des projecteurs, cachés par nos conditions de travail, déguisés en adultes responsables nous prenons le relais des parents pour quelque temps.

Nous sommes des supers-héros lorsque nos organisateurs nous font traverser la France entière en car en nous demandant d’être toujours vigilants. Il est bien connu que l’Homme peut rester éveillé et efficace pendant vingt-quatre heures d’affilées.

Nous sommes des supers-héros quand les plus jeunes (et même les moins jeunes) pleurent parce que les parents manquent à l’appel le premier soir. Parce que malgré tous les maux qu’un enfant essaye de reprocher à ses géniteurs, ils lui manqueront systématiquement le premier soir. Voire plus longtemps. Et nous, à côté, on ne compte pas tout de suite. Et c’est normal.

Nous sommes des supers-héros parce qu‘on a un système immunitaire en béton qui peut combattre toutes les maladies infantiles, toutes les gastros et autres rhumes. Nous avons un bonus en immunologie.

Nous sommes des supers-héros parce que nous travaillons sans grands moyens et que nous faisons des trucs chouettes (c’est pas de moi, c’est dit par les jeunes).

Nous sommes des supers-héros avec notre culture musicale estivale et… on connait toutes les paroles par coeur (à force on retient!)
Nous sommes des supers-héros quand on mène une activité avec brio.
Nous sommes des supers-héros quand un enfant vient nous faire un bisou spontanément comme ça, pour rien d’autre que ce plaisir partagé.
Nous sommes des supers-héros, c’est comme ça.

Alors moi, j’ai envie de remercier les supers-héros que j’ai eu la chance de croiser. Parce que comme chaque super-héros, tout anim’ est unique avec sa petite touche spéciale. Et j’ai envie de saluer la participation parentale de chaque enfant envoyé en séjour, parce qu’on nous pourrait pas exercer notre super-héroïsme sans leur aide.

Alors, à vos masques, chers anim’, l’été arrive !

HA

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :