Contre la bataille d’eau, et vous ?

C’est un truc courant quand il fait chaud, « pourquoi on ferait pas une bataille d’eau » ? C’est rafraîchissant, c’est amusant, c’est « fun » ! On court partout avec des ballons remplis au robinet, on se jette de l’eau du haut du balcon par surprise et on glisse un clin d’œil malin à son voisin de tente tout trempé et un poil agacé !

Du jeu à la réflexion pédagogique

Pourtant, à y regarder de plus près, les équipes pédagogiques devraient s’attarder un peu sur ces pratiques : elles participent à des comportements qui donnent l’illusion que les ressources sont illimitées et plus particulièrement l’eau…

Loin de moi l’idée de faire culpabiliser les organisateurs de bataille d’eau mais ce n’est pas une ressource illimitée, loin de là ! Ce n’est pas faute de manquer d’informations parce que lorsque l’on s’attarde sur le sujet, on est particulièrement étonné des chiffres que l’on trouve. En voici un petit spoiler tiré du très belle article de Géo : l’eau une ressource de plus en plus menacée.

– 67% : pourcentage de la population mondiale qui ne devrait pas avoir accès en 2030 à un système d’assainissement décent.
– 47% : pourcentage de la population mondiale qui vivra en 2030 dans des zones soumises à un stress hydrique important.
– 80% : pourcentage de maladies liées à l’eau dans les pays en développement.
– 3 millions : nombre de personnes qui meurent prématurément chaque année de maladies liées à l’eau dans les pays en développement.
– 70% : pourcentage de la consommation totale d’eau occupé par les activités agricoles (contre 20% pour l’industrie et 10% pour l’usage domestique).
– 3000 : nombre de litres d’eau consommés quotidiennement dans les pays riches pour l’alimentation.
– 64 milliards : croissance annuelle en mètres cube de la demande mondiale en eau douce.

Cela fait quand même bien réfléchir, d’autant que les articles en la matière ne manquent pas. Entre Doctissimo avec un article sur les ressources et les droits, l’Unicef avec un dossier spécial contenant des fiches pédagogiques sur le sujet, ou Agoravox et un court extrait d’article sur les guerres potentielles liées à l’eau, vous avez de quoi faire.

Et une vidéo de 4 minutes que l’on peut utiliser pour discuter autour de la question de l’eau !

Dès lors, pourquoi ne pas prendre en compte cet élément pédagogique pertinent pour éviter qu’un tel temps d’activité se mette en place ?

On remplace la bataille d’eau par autre chose ?

Quand j’ai une équipe pédagogique qui s’offusque de « mon manque d’humour », je leur demande toujours « quel est l’objectif », « quel est l’intérêt pédagogique », « quelle est la valeur ajoutée éducative de ce temps d’activité » ? Pour dire vrai, je sais que c’est une question un peu piège, parce qu’il y a peu de choses à répondre à cela. Et puis, parfois, on peut aussi sortir de « la méthodologie de projet » pour gagner en spontanéité.

Toujours est-il que la bataille d’eau peut très facilement tomber aux oubliettes si on sensibilise d’autres temps d’activité ou se faire différemment si on propose par exemple aux enfants de ne pas utiliser l’eau du robinet mais de préparer ce temps avec de l’eau de mer !

A titre d’exemple, je pense à un défi-science des Petits Débrouillards qui permet de sensibiliser les enfants sur l’eau potable, vous pouvez retrouver l’expérience sur leur Wiki : expérience avec l’encre. L’idée c’est que lorsque l’on met une cartouche d’encre dans de l’eau chauffée puis refroidie, cette dernière devient invisible. Elle peut ensuite être révélée par du vinaigre. Ainsi on prépare plusieurs verres avec des eaux différentes et on propose aux enfants de s’imaginer en pleine jungle sans eau. Comment faire le tri entre les différentes eaux…? Je vous laisse découvrir la suite sur le Wiki !

Et pour finir, je ne peux m’empêcher de vous mettre une petite vidéo de Franck Lepage sur les bouteilles d’eau… Poilant d’éducation populaire !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :